Edito de Mars 2010

Bonjour!
Je ne vous ai pas fait signe depuis septembre et je reçois quelques réclamations!
Pendant tout ce temps, comme beaucoup d’entre vous j’en suis certaine, nous avons travaillé tant et tant que nous ne pouvions être sur tous les fronts. Il s’agissait de faire avancer un grand projet, ( des nouvelles très bientôt)!
La collection Présence en est à son huitième titre: Le Jean Rousselot par François Huglo, à cette occasion il y a eu une très belle soirée à la maison de la poésie de Saint Quentin-les-Yvelines inauguré par Rousselot de son vivant.
Anne-Marie, sa fille était là, François aussi, et nous étions particulièrement émus par la présence d’Annie Wellens, venue elle aussi malgré la disparition très récente de Serge Wellens.
Etaient là aussi Bernard Mazo avec Max Alhau, n° 10 dans la collection Présence à paraître en automne. Le n° 9 sera un Pierre Peuchmaurd par Laurent Albarracin qui nous a déjà donné un si beau Louis François Delisse.
Nous préparons le volume III des oeuvres complètes de Pierre Garnier avec une très belle introduction par Claude Debon, et le journal 2009 d’ Albert Strickler…
Nous serons au salon du livre, venez nous voir!
Et je souhaite le printemps à tous les enneigés du moment. Quand à moi je suis arrivée au bout de ma réserve de bois…Je ne réapprovisionne pas …Soyons optimistes! 

Edito : Le deuxième « verger » de la poésie!

Cette année sous le signe d’Ivar Ch’Vavar, notre poète picard picardisant, et à cette occasion nous avions sorti, juste à temps, (merci Frédéric, merci monsieur Lizé) son poème Ichi Leu, traduit par Lucien Suel et accompagné de commentaires passionnants et d’un glossaire très complet.
Ivar avait prévu les pires calamités, bourrasques, tornades, pluie de grêle et de sauterelles, avalanches sur le mont Gargan,montée des eaux de la Brèche, etc… Nous n’étions pas trop inquiets confiants dans son instinct de survie, dans la qualité des vêtements de survie justement, des fusées de signalisation, des chaînes pour les pneus et des pics pour la glace, des raquettes pour la neige…bref on était bien équipés dans notre Grande Picardie mentale!

Les exorcismes chamaniques ayant parfaitement fonctionnés, il a fait un temps de rêve. Montreuil-sur-Brèche s’est transformé en Montreuil « beach », et il y a eu une densité de poètes au mètre carré peu commune. Lambert Schlechter descendu du Nord-pas-de-Calais, après avoir fait toutes les prestations réclamées par son contrat de résidence, – (il a rapporté un très joli livre,) Albert Strickler, descendu de sa montagnette au-dessus du brouillard de Sélestat, Rüdiger Fischer, encore une fois venu de sa Forêt noire, mais avec une halte à Paris/Montmartre, (des réunions européennes) Ivar naturellement, et d’autres picardisants, François Beauvy lisant du picard de l’Oise, et l’époustouflante Rose Marie François,lisant du picard du Hainaut..le trio décoiffant au possible…accompagnés d’un « musicien » fou, comme les aime Pierre Ivar, Jean Detremont, artiste du saxophone, qui en sort les plus horribles soupirs, hoquets, balbutiements, exclamations et protestations…l’âne Pomponnette, mascotte du « verger » adore cette « musique » , se sent immédiatement en osmose, et se met à braire de son braiment le plus tonitruant dès que Jean souffle dans l’instrument…l’introduction est une préparation génialissime pour les lectures picardes et pour celles d’Ivar en particulier..tandis que ses comparses, François et Rose Marie, restent dans l’intelligible et presque le convenu, Ivar Ch’Vavar, (le Crabe en picard) avance à reculons, et va fouiller dans le langage primordial, (le cri primordial) c’est pourquoi sans doute il aime tant le son Detremont. Bref, ça déménage. Mais un festin digne des grandes bouffes rabelaisiennes, produits de la ferme, four à l’ancienne, vatrouchkas, etc…ont scotché les invités à leurs bancs sous le soleil et sous le cerisier. 
André Bay était là!!!! Depuis combien d’années, (40ans ?) je suis amie avec André et je fais les déjeuners d’André, (Louis Malle a fait Diner avec André) et ces déjeuners ont été remplacés par mes déjeuners des poètes depuis 2005…et André qui avance maintenant lentement avec le sourire et avec une canne, sous l’oeil attentif de Beatrice Commengé sa compagne très fidèle, nous fait cette très grande joie d’être là et de présider à la fête à 94 ans! 

J’avais reçu une superbe lettre dans la semaine, de Jean-Pierre Valloton , président du jury Pierrette Michelou, me parlant d’André justement, et une autre, de Philippe Lemaire, qui fait de si beaux collages, ( son maître c’est Max Ernst) et des cartes postales qui les reproduit, collages de rêves surréalistes, et le voilà qui a rêvé d’André…Il a bien hâte de le rencontrer et de lui raconter son rêve… Un très jeune poète, Eric Cassar, lui voulait rencontrer Pierre Garnier dont il apprécie tant la poésie…mais Pierre n’était pas venu, Ilse s’est cassé le pied et il ne fallait pas quitter le presbytère même pour un »verger ».
Ce matin je lui ai donné des nouvelles et il était content.
Mes amis qui me lisez, retenez la date pour l’année prochaine…le dernier week-end de septembre, aucun risque d’avalanche, ni de tornade, ni de pluies de grêlons ou de sauterelles…
L’année 20010 sera sous le signe des jardins et naturellement nous inviterons Lucien Suel et un autre auteur picard extraordinaire qui a écrit un roman fantastique: « bambou »…je vous laisse chercher fébrilement, qui, quoi, où, quand?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s