Poser la voix dans les mains – Lysiane Schlechter et Michaël Glück

10351020_10204539409033195_3752142973638802576_n

30 euros Buy Now Button

surgit d’un mamelon de terre surgit du grand corps continental surgit s’élève se dresse
comme un tétin qui
s’ouvre se fend se fendille s’engendre citadelle
avec murailles muettes
et l’oeil

ou bien le désir cherche citadelle

jumelle enclose sur
on ne sait quelle veille des morts
au loin là-haut au bout du désert
ou peut-être ne s’agit-il que d’une réplique rangeant la peur dans la mémoire
une réplique d’ Elseneur
avec Ophélie des sables

il fallut commencer par conter une histoire

argile fragile
une pâleur de porcelaine biscuit des trépassés

les villes commencent sur les tertres par la dévotion au disparus
les villes sont nécropoles

ô corps vêtus de lin
ô corps tressé de chanvre

la pâle Ophélia flotte comme une rose qui meurt entre les dunes
tourmentée par simoun ou sirocco

« et derrière ces murailles on attend sans se lasser »

de quelle soif ici de quelle guerre quelles amours ne se remet-on jamais

jamais

une corde de l’oud
dans le silence s’est cassée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s