Nouvelle exposition : Baleines

septembre 1, 2014 § Poster un commentaire

C’est la rentrée à la galerie Première Ligne! Nous vous invitons à découvrir notre nouvelle exposition…Diva

En suivant la route sinueuse de Mill Valley, en Californie, vers Stinton Beach, on peut rêver comme le Dalaï Lama qui a souhaité être déposé là pour se sentir en phase avec la sagesse des indiens respectueux de la terre, de la nature et de ses mystères, sous les 82 sortes de nuages et baignés des parfums des eucalyptus et des mimosas géants. On passe près d’une église orthodoxe avec ses bulbes bleu et dorés, autre mystère des civilisations croisées. Mais on avance vers le pacifique, vers un bout du monde comme il y en a d’autres dans d’autres pays, le Cap blanc nez, le Cap gris nez par exemple, là où des passagers clandestins transportés en barques et en camions viennent se cacher dans les fourrés et derrière les dunes, rêvant aux côtes si lointaines et proches à la fois, les falaise blanches de "l’autre côté".

Ici à Stinton Beach la paix est revenue depuis longtemps et si l’on vient et si l’on rêve, c’est à l’apparition des baleines et à l’écoute de leurs chants.

Elles arrivent, elles surgissent, elles se dressent, elles chantent de jour comme de nuit. Elles chantent la lune au milieu du clapotis des vagues ruisselantes de lumière dorée, elles chantent l’aurore en bondissant comme des enfants, elles foncent au coeur d’un arc-en-ciel de couleurs éblouissantes comme un nouveau-né qui découvre le monde, elles se dressent dans un mer rouge au coucher du soleil, mer de sang, grand lac des sacrifices en célébration de l’astre de vie, manifestation silencieuse avant le plongeon en profondeur, elles se déchaînent en arias comme des divas, elles ouvrent très grand la gueule d’amour comme une invitation de la chair sans contraintes aucunes.

Bientôt, dit-on, les vagues seront comme elles monstrueuses et elles en seront protégées. Le pêcheurs assassins ne pourront plus naviguer. On n’ira plus les voir. Elles se reproduiront. Leurs chants pacifiques règneront sur le grand océan.

Elles seront encore là mais invisible comme disparues.

A moins que ce soit nous.

Cécile Loeb les a vues et en témoigne 8 rue Teulère à la galerie Première ligne.

Vernissage le jeudi 4 septembre 2014

Soldes d’été aux Vanneaux!

août 7, 2014 § Poster un commentaire

Offre exceptionnelle : -50% sur les collections intégrales

garcon-surpris-20090.jpg-114504_371x268

Intégralité de la collection Présence de la poésie :  100 euros (au lieu de 200 euros)Buy Now Button

 

Intégralité de la collection Petits Vanneaux :  100 euros (au lieu de 200 euros)Buy Now Button

 

Intégralité de la collection Neige : 50 euros (au lieu de 100 euros)Buy Now Button

 

Oeuvres complètes de Pierre Garnier (Oeuvres poétiques Volumes 1, 2 et 3) : 50 euros (au lieu de 95 euros)Buy Now Button

 

Article sur Alice …? de Nadia Gilard dans Le littéraire

août 7, 2014 § Poster un commentaire

http://www.lelitteraire.com/?p=11839

Article sur Couacs d’Alain Chevrier

août 7, 2014 § Poster un commentaire

http://www.lekti-ecriture.com/blogs/alamblog/index.php/post/2014/07/30/Couacs-alors

Cette petite vidéo pour fêter en fanfare la mise en ligne de l’ensemble des livres des Vanneaux sur le site. Bonnes emplettes!

juillet 18, 2014 § Poster un commentaire

 

Comme i dit, Léon, les livres des vanneaux, i sont à Thenon, i sont aussi sur le blog , ronron petit patapon et aussi on peut jeter la ligne paypal, et les acheter, petits poissons! Et rantanplan et ron et ron petits patapons!

Lien vers un article sur Alice…? de Nadia Gilard

juillet 11, 2014 § Poster un commentaire

http://www.e-volutionsmag.org/alice-de-nadia-gilard/

Alice_1eredecouv

12 euros Buy Now Button

Découvrez la Revue Première Ligne

juillet 11, 2014 § Poster un commentaire

Couv. P.L. 3

 Première Ligne, Revue littéraire, N° 3, Automne 2013

Sur le thème du CORPS ……

Cécile Odartchenko, Editorial

Ivar Ch’Vavar, Le Lied de Konrad

Bernard Noël, A côté du mot perdu

Christian Prigent, Ah, nos amours…!

Anne Mounic, Chair de l’être, de chaque lettreDe la parole liée à son silence

Mathieu Gosztola, Penser : tenir tête à l’énigme du visage?

David Le Breton, L’Amazonie intérieure

Cécile Odartchenko, Saint-Martin-Aux-Bois

Richard Blin, Fragrances et flamboyances Nabokoviennes

Jean-Paul Michel, "La folie d’un acte, qui fut un acte"

Philippe Fumery, Entre les lignes

Georges-Arthur Goldschmidt Le corps comme vertige fixe

Pascal Commère, Carnets Mongols (extraits)

Lambert Schlechter, Tomber Tomber Tomber

Cécile Odartchenko, L’Etourkalama

Susanne Kühne, Christian Morgenstern, Galgenlieder

 

17 euros Buy Now Button


Couv. P.L. 2

N°2 Automne 2012

sur le thème de l’architecture

Cécile Odartchenko Editorial

Matthieu Gosztola Un amour pour Antoni Gaudi (extraits de lettres adressées à l’architecte et d’un journal)

Pierre Garnier La conquête de  l’espace

Pierre Vinclair Edification

Cécile Odartchenko Athikté

Marc Alessandri Khéops, l’âge de pierre de la géométrie

Jacques Abeille Châteaux

Jean-Paul Klée Rêveries d’un promeneur strasbourgeois

Anne-Marie Beeckman Gilsames

Lambert Schelchter Le Timbalier de Salerne (et autres incidents plutôt mortifères)

Maximilien Loeb Alexei Rémizov, Deux Bêtes

MIchel Volkovitch Cavàfis

Raoul De Varax Hölderlin, Hymnes

Susanne Kühne Christian Morgenstern, Galgenlieder

 

17 euros Buy Now Button


Couv. P.L. 1

N°1 Printemps 2012

Cécile Odartchenko, Editorial

Ivar Ch’Vavar, Une théorie (toute trouvée) de l’image poétique

Lambert Schlechter, Amaryllis Treblinka – en guise de matériaux pour une poétologie

Jean-Louis Poitevin, L’Ancolie et le Buisson

Georges-Arthur Goldschmidt, L’écriture au gré de ce qu’elle ignore

Richard Blin, Des délices de la honte à la merveille d’exister

Mathieu Gosztola, Henri Michaux : vers un décrochage avec le trait pour assassiner la magie du désigné : magie plus grande, avec des mots et des sans-mots

Cécile Odartchenko, Une seule fois et toujours

Laurent Albarracin, "Frayer dans la frayeur" : une lecture du Kojiki

François Thibaux, Les Rois Barbares

Michel Volkovitch, Cavàfis, Ithaque – Retraduire Cavàfis

Raoul De Varax, Deux hymnes d’Hölderlin

 

17 euros Buy Now Button

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.