Découvrez un extrait du Présence de la poésie consacré à Antoine Emaz

Cliquez ici pour découvrir un extrait de Antoine Emaz par Matthieu Gosztola

Emaz_1eredecouv

 

25 euros Buy Now Button

Publicités

Poezibao : Anthologie de Pierre Garnier

a963b-6a00d8345238fe69e201a3fcb9f45d970b-200wi

Les Éditions des Vanneaux continuent la belle et courageuse entreprise de l’édition intégrale des œuvres de Pierre Garnier. Voici un second et fort volume consacré à l’œuvre poétique dans une édition qui est un tour de force tant la disposition spatiale de la plupart des poèmes de Pierre Garnier nécessite une grande compétence typographique. Poezibao n’est pas en mesure de reproduire ces poèmes-là mais publie ici quelques extraits d’Ornithopoésie (1986)

les dictatures n’aiment pas les oiseaux.
Ni leurs migrations secrètes.

tous leurs cris
retrouvés plus tard – affaiblis
dans les mots.

le moineau tenu par son épine.

l’hirondelle vole jusqu’au bout de son nom.

un roitelet
la mer
dans la durée des îles.

le corbeau :
sa langue de chancellerie.

*

l’oiseau glisse
hors de lui-même
se rattrapant
plus bas
remontant – puis se perdant
dans l’air qui fut,
qui est,
qui sera
au point d’être courbe.

son nid fait tic-tac.
Puis le pinson précise
le mot
son nid fait tic-tac.
Puis le pinson précise
le mot ″ étoile ″.

la langue des mouettes
– littérature
presqu’écrite.

Le chant de la fauvette :
déjà les collines

*

mince relief de l’oiseau mort :
presque du fil.

devant le roitelet la Mort
une montagne
qu’il va franchir devenant air.

cette mésange
veut s’agripper à un chêne
qui était là voici cent ans.

jeu d’échecs des vanneaux sur les champs
bougeant à peine :
quand le ver le murmure,
quand l’étoile le dit.

l’hiver l’alouette prend un dernier
grain de blé
Au printemps du blé pousse de l’alouette.

*

la tête du colibri
pleine d’un atome l’infini.

j’écoute le chant d’un pinson.
Puis tous deux nous restons silencieux :
qu’écoutons-nous le pinson et moi
depuis des siècles ?

le rossignol chante la nuit.
Le chant qu’il a écouté en silence tout le jour
les étoiles l’ont aussi écouté.

par son chant le merle n’éclaircit rien :
comme le poète
il crée des énigmes

le rossignol peint par touches
l’aube avant l’aube

 

Paons à Saisseval

les Indes dans le village,
oiseaux des îles – géants

ils marchent dans la rue
venant des millénaires plus que de l’infini

sont-ils les oiseaux de l’éternité ?

(caractéristique : ne volent pas à travers
l’espace, mais à travers le temps)

sur la route on les croise :
viennent d’un autre temps,
vont vers un autre temps.

sont de passage.

l’ailleurs ici.

ils marchent comme un compas trace un cercle.

musée en plein air.
ils ont toutes les couleurs de la terre
puisqu’il n’y en a aucune au ciel.

les yeux de la queue de paon ne voient rien
voient le monde.

toujours frileux en plein soleil.

le seul oiseau dont le cri est un appel,

je t’appelle du fond de mon abîme –

je suis là moi l’oiseau magnifique
moi, la pauvre créature,
je t’appelle aux quatre coins du village.

Requiem : le cri du paon.
Et ce temps qui fait roue libre.

Comme au fond du temps tout est rond
on ne retrouve plus l’histoire.

Dans le village ils soulignent la
non-élégance de l’Europe –
ils la souligneraient aussi bien sur les
Champs-Élysées

Ce fut pour eux une telle victoire
qu’espérer être.

Ils sont le O de l’origine.

ils entrent dans le zéro :
d’où leur beauté.

Saint-Quentin

papillons dans le jardin du Musée,
XVIIIe siècle.

Jean-Jacques ici beau et jeune
pense aux pervenches

et aux pensées qui sont aussi des fleurs.

Georges de la Tour        –        Quentin Latour.

nocturnes : ceux de Quentin sont
dans le temps qu’il fait, non
dans celui qui passe.

les nocturnes du premier sont
dans la nuit éternelle,
les nocturnes du second
éclairés par le jour.

à la fin du siècle ces mêmes têtes
ne seront plus qu’un cercle dans le ciel :

celle de Marie-Antoinette.

Robespierre aurait pu être peint
par Latour – mais pas Saint-Just

qui remit son visage à plus tard

tous attendent ici pour jouer
une pièce non encore écrite :

celle de l’au-delà.

l’au-delà, l’en-deçà –
où sont-ils ?
En tous cas très minces
tentant de passer entre la vie et la mort

Pierre Garnier, Œuvres poétiques 3, 1979-2002, préface de Claude Debon, Éditions Les Vanneaux, 2012, 35€, pp. 254 et 158

Pierre Garnier, Ornithopoésie (1986), repris dans Œuvres poétique 2, 1968-1988, préface de Martial Lengellé, Éditions des Vanneaux, 2009, non paginé, 30 €.

Terre à ciel : Hommage à Pierre Garnier – Poèmes choisis par Mathieu Gosztola

1113814490

Pour rendre hommage à Pierre Garnier, décédé le 1er février 2014 à l’âge de 86 ans, Matthieu Gosztola a choisi ces poèmes…

Extrait de Une chronique de la nature civilisée (Editions des Vanneaux, 2009)

___

le livre de vocabulaire est beau
quand on l’ouvre on voit des plantes,
des fleurs, des bicyclettes et des locomotives
qui sont les inventions des planètes,
des eaux et des hommes.

les pages restent accrochées aux yeux.

les tunnels sont des vallées mystérieuses
comme l’intérieur de la Terre :
d’anciens coquillages qui ont été et la vie
et la mort.

Extrait de Adolescence (Editions des Vanneaux, 2008)

___

Te diviser entre le miroir et la fenêtre
Te pénétrer
c’est aussi le désir d’aller
jusqu’au bout
de te diviser toute
tu es cette rivière
qui toujours s’allonge
sans se séparer de sa source…
j’ouvre ton sexe, c’est une huître,
je veux dire une mer en réduction
sensible
intelligente
avec des lèvres

Extrait de Heureux les oiseaux ils vont avec la lumière (Editions des Vanneaux, 2005)

___

la fatigue tombe enfin du corps
il neige
la fatigue est tombée

le cimetière est couvert de neige
en été ce sont des fleurs

les ailes des oiseaux et des anges sont des
croix –
les oiseaux entrent de partout ici

et la terre ouvre une bouche tendre

Extrait de Ce monde qui était deux (Editions des Vanneaux, 2006)

___

derrière la fenêtre de la chambre
il y a la fenêtre du pommier :
toutes deux laissent passer la lumière,
mais le pommier laisse passer une lumière
qui devient brindilles, fleurs, fruits

la grand-mère dit : « ce pommier a jeté l’ancre dans mon jardin ».

c’est une grande affaire que les peintres
au XIIIe siècle aient peint le ciel en or :
ils le voyaient ainsi, il était ainsi,
ce fut la Grande Révolution
avant 89, 17, ou la Commune

« Le Christ ou rien » vient de dire le Pape,
c’est ce que disaient la grand-mère et le canari d’or,
la roue de bicyclette et ses rayons –
le poète et le coq quand les châteaux flambaient

peut-être que le canari venait de ce ciel d’or,
peut-être descendait-il d’un rayon,

la nuit il se mettait en boule, remontait dans l’or du ciel,
était mêlé à
l’or
il suffisait de claquer des mains
pour qu’il se mette à chanter –
les grandes eaux alors couraient dans la salle,
la vieille souriait – le monde était un chant
clair et pur –
à une certaine distance des hommes
c’était la beauté blanche et bleue du liseron

Extrait de Ornithopoésie (Editions des Vanneaux, 2007)

___

une sauterelle saute sous mes pas :

ne porte-t-elle pas, elle aussi,
plus loin le monde ?

l’enfant joue à la marelle.

cimes ces jeux
(si) beaux quand ils commencent à se charger
de neige
et que l’enfant demeure stupéfait
de jouer avec le ciel et la montagne.

le soleil est toujours au bord de cette côte
il ne la quitte pas même la nuit :

le matin la mer se lève
et fait du port une lampe.

les mandarines allumées.
la famille restait autour de la table
avec devant elle ces petits soleils
vieux et près de s’éteindre
comme ce serait plus tard dans l’univers.

C’est ainsi qu’à Noël nous attendions
la fin du jour.

Extrait de La vie est un songe (Editions des Vanneaux, 2008)

___

l’enfant regarde le papillon,
il a la forme d’une croix, il vole,
c’est le Christ,
on le voit à son vol alterné

« le Christ quitte sa croix » crie l’enfant
qui regarde le papillon sortir de sa chrysalide

le Christ sur la croix se défait,
une sève coule le long des bois,
les épaules deviennent des ailes,
il se disperse jusqu’aux limites,
il se rassemble, c’est un point –

Extrait de Les Devises (Editions des Vanneaux, 2008)

___

ombre au-dessus
de la mer
clarté sous l’eau

le Poète
conçoit le
clair de lune

[…]

le Poème,
le monde,
ont une plus
belle lumière
que le Soleil

ici, dans le
Poème,
la lumière du Jour
est la même que
celle de la Nuit

Terre à ciel : Matthieu Gosztola – Extraits de Maisons

matthieu-gosztola

Maisons.

Nous construirons des maisons. Nous
construirons des maisons comme des corps.

Les maisons seront nos corps. Il y aura le dehors.
Il y aura le dedans. Le dedans du corps sera l’exact

prolongement de l’intérieur des maisons. On se sentira
à l’abri, loin de la cohue, loin du tumulte, loin de l’incessant

ballet du visible sur lequel on n’a que très peu de prise,
ou pas de prise du tout. On sera dans un univers

que l’on pourra maîtriser. On saura à quoi s’attendre.
On sera dans le contrôle. On sera loin du danger

que représente le dehors, du danger que représente
l’imprévisible avec lequel le dehors se confond

ontologiquement. On sera dans le prévisible. On aura
choisi chaque aspect de l’intérieur. On sera dans l’intérieur

de nos maisons comme on sera dans l’intérieur de nos corps.
À ceci près que l’on ne choisit pas l’intérieur de nos corps.

On vivra l’intérieur de nos corps, un intérieur que l’on aura
choisi, et qui se tiendra à l’abri du déplacement aigu, douloureux,

en dehors de nous-mêmes et du délabrement, vécu, fantasmé,
visible ou invisible auquel nous contraint la maladie. Mais on

se fatiguera vite d’avoir tout prévu, d’être à ce point dans le
cocon des choses. On voudra que le cocon s’agrandisse

à un imprévisible qui ne soit pas douloureux, qui ne soit pas
cahots brusques de l’existence, d’une existence qu’on n’aurait

pas choisie. Alors, dedans l’intérieur de nos maisons,
on construira des chambres. Des chambres avec des portes.

On fera les chambres pour faire apparaître l’amant, l’amante.
On fera les chambres car la chambre appelle l’amant, l’amante.

On fera une porte pour que la chambre ne soit pas toujours
ce qui est là. Il faudra non pas ouvrir la porte pour être

dans la chambre. Il faudra embrasser l’amant, l’amante.
On sera plusieurs, dans l’intérieur des murs de la maison

qui est l’intérieur de nos corps. On sera plusieurs, et alors
commencera l’aventure. On pourra vivre l’intérieur sans
un regard vers l’extérieur. On pourra être dans l’intimité

du dévoilement, dans l’intimité de ce qui se rejoint et
se découvre lié, relié. On sera alors en proie à la chute

au-dedans de soi d’un être qui tombe en soi-même et
se rattrape, au-dedans de lui-même, dans les bras

de l’autre. De l’autre qu’il a en soi et qu’il peut
en même temps voir dans la chambre,

à un souffle de lui. De l’autre qui reste là,
et que la chambre n’emprisonne pas.

N’empoisonne pas avec son réel limité.
N’empoisonne pas son infini, l’infini

avec lequel il se confond au point que l’infini
puisse le résumer, sans mensonge, sans une faute

qui soit ce qui masque. De l’autre que la chambre
rend libre d’une liberté inouïe qui ne peut que se

découvrir entre des murs, entre des bras,
dans une immobilité presque qui est celle,

toute parcourue des frémissements de feuille
tremblant dans l’arbre, de l’étreinte. Liberté

de ce qui semble emprisonné dans un cœur,
dans un regard. Liberté inouïe de ce qui

ne peut être libre qu’ainsi contraint,
emprisonné, ravi à soi-même pour

mieux être rendu à l’immensité
contenue en soi, au grand souffle

d’air de l’infini qui envoie
tout valser sur son passage

et qui ne laisse vive que
la couleur des yeux

de l’amant, l’amante.
La chambre devient

le lieu fermé qui permet
aux corps de s’envoler, d’être

dans une absolue liberté au sein
de laquelle le temps n’a plus aucune

prise. Au sein de laquelle le temps est
l’inopportun, se découvre, se sait tel,

en prend acte,
et s’envole.

Liberté de ce qui n’en finit
pas de tournoyer et se découvre rétif

aux lois de la pesanteur. Se découvre rétif
aux lois de la douleur, aux lois de ce qui n’est

pas pur et intense acquiescement. Liberté
de ce qui se suffit à soi-même, faisant corps

avec l’instant comme s’il n’existait rien d’autre que lui.
Et il n’existe rien d’autre que lui. On construira des

maisons pour que l’amant, l’amante puissent être
protégés du dehors, pour qu’ils puissent être loin

de ce qui casse, pour qu’il y ait des chambres
où l’on puisse les retrouver. On construira

des maisons pour dire notre amour
au frêle de l’être, au frêle éphémère

qui rend, par comparaison, toute
architecture d’acier plus fragile encore,

eu égard à la force extrême de ce frêle
qui contraint toutes les certitudes à mourir.

*
**

Note : Ce texte a paru sous une forme très différente dans le second numéro de la revue Première ligne.

Informations concernant cette revue :

Date de création : 2012
Editeur : Éditions des Vanneaux
Adresse : Éditions des Vanneaux
8 rue Teulère – 33000 Bordeaux

Tél : 09 66 95 26 80
Courriel : odartchenkocecile@gmail.com

Poezibao: Extraits de Bonheurs d’Olivier Larizza

bonheurs d'olivier larizza

Les éditions des Vanneaux mettent en chantier une importante édition des œuvres de Jean-Paul Klée. Elles viennent de publier le premier des Cahiers Jean-Paul Klée, intitulé bonheurs d’olivier larizzaPoezibao publiera prochainement une note de lecture de ce livre, par Jean-Pascal Dubost.

Note de l’auteur
Les poëmes qui composent ce recueil font partie d’une immense série consacrée à l’amitié d’Olivier Larizza, qui a déjà donné lieu à deux publications, C’est ici le pays de Larizza en 2003 et Trésor d’olivier larizza en 2008. Commencée le 30 novembre 2000, cette profusion s’est poursuivie jusqu’à récemment.

douceur infinie [24 novembre 2007]

à l’éperdüe j’avance va
guement sürpris par la beauté la
bonté d’Ici-bas on dirait
parfois fleur de lys ou les
parfums d’une immensité remplie
de rosiers qu’on ne
connaissait pas Ainsi la
douceur d’Oliver me parlant
de mes poësies m’a-t-elle tout à
l’heursemblé de la
sainteté… Autrefois l’on approchait
l’une ou l’autre fée qui vous donnait
douceur fabüleuse Ni
musique ni théologie ne procurait
semblable sentiment vous étiez pris
d’une infüsion d’absolü qui vous
rachetait d’un esclavage prolon
gé (ah oui les Barbaresques m’ont vi
olenté rabaissé) m’ont souillé bafou
é frappé le corps & le cœur comme si
vous étiez condamné noirci flambé par
le Moloch jamais vü il aurait
les yeux chauffés à 500 degrés D’où vient
l’infinie douceur d’Olivier je ne m’en
lasserai jamais Qu’elle ne me
quitte pas qu’elle me
prenne par le fond dü cœur là où il
a perdü sa couleur (je lui donnerai
tout ce qu’il voudra) & le gagnant c’est
celui qui donne sa
fortünson sentiment le thrésor
de soi l’exténué vibrato
qu’on ne connaisse pas tout le
moteur l’être qu’on a…
Ne comprendre rien (ne se
formaliser pas) s’ouvrir
à l’Ami – que sa douceur
m’envahisse toute à fée !…

|•|

à la tombée du noir [9 novembre 2003]

vers 17h à Neudorf parmi les radiateurs modérés
le passé s’en allait pas à pas & aussi la
lumière s’en va Pour ne pas la réveiller (ma
mère endormie nous laisse la paix) j’ai pas
allümé me suis rapproché la fenêtre éc
*
crivant ceci (le palmier vert jauni fleurit sur la
tapisserie) & j’ai vu des corbeaux plantés dans
les toits jardiniers on dirait qu’ils ont l’œil pointé
vers nous Esse-là des agents secrets
plus ou moins d’albanie mongolie or je n’ai
*
pas grand’chose noté ici sauf je suis
pas mal dü tout & battant & encore j’ai
bonne santé (ma foi) sur dü papier bleu j’ai là les
chiffrés de ma mulhouse randonnée… Si c’était
de moi j’y aurais mis des milliers d’euros pourvü que la
*
théorie de mon ami se propage partout dans les1
chaumières dauphiné valentiné aussi les
marécagies poitevin on y deviendrait voyez-vous
plus humains & courtoisie rameuterait partout les
colombiers de la paix !… Oh si l’asie m’apporterait
*
douceur d’exister comme s’il n’y avait eü les
massacrages enragés qu’on a toujours sübis à
présent & autrefois & partout parmi les
continents royaumes disparüs Toutla chrétienté
n’ai rien réussi là-dessus car l’horrible ROUGERIE
*
elln’a nulle part disparü… voici la nuit je n’y
vois plus A fallü j’aille dans la chambre dü
fond à terminer l’écriture d’ici Oh c’est
sans illüsions (rien ne changera) On est
d’anciens cannibaleux & ça nœud
*
s’arrangera jamais je le crains Les voyous
seront-ils toujours parmi nous ?…

Jean-Paul Klée, bonheurs d’olivier larizza, Éditions des Vanneaux, 2011, Cahiers Jean-Paul Klée n° 1, pp. 13-14 et 127-128.

1.Olivier Larizza, La théorie de la petite cloche, éditions Anne Carrière, Paris, 2003.

Extraits des Petits Vanneaux: Stiggas, Pierre, Delisse

Vagabondages du sang

Yannis Stiggas

 

Vagabondages de sang

 

Le temps, tel qu’on nous l’a donné mutilé,

je n’ose dire ce qu’il justifie.

Je ne fais que mordre, cracher de la lumière sanglante

chaque matin je lance des mandarines à la mort

    – c’est une fatigue singulière –

le soir je reste simplement à la fenêtre

 

 

Un ange arrive

et mange dans les ordures.

 

 

Michel Pierre

 

L’enfer vaut l’endroit

 

L’autre temps

 

 

Le temps rassemble ses couleurs au fil desquelles mille soupçons inspirent les hommes qui aussitôt se taisent. Puis il dresse un événement pour chaque famille insouciante, laquelle se balance à ses agrès, élargit l’horizon contenu dans un mouchoir, appelle le destin dont les noms de couleuvre font la suite au détail de la sornette annoncée. Bref, le temps se tient dans la paume appuyée contre la vitre là où se tarissent les sources du savoir. Ainsi nous, enfants égarés, à la poursuite des saisons inscrites dans le grain de notre peau, fourbissons nos désirs à la lisière du vide. Là où encore le temps ne se nomme plus, grandit de notre propre anonymat dont il fait le meilleur usage. Le temps qui remplit sa dernière seconde à la fin de chaque siècle, inspire l’oubli au petit matin quand chantent les ours au sommet des montagnes, lesquels animaux griffent la limpidité du ciel, désignent l’azur comme le meilleur ami, tremblent devant les orages et perpétuent la colère du dieu des singes.

 

 

Louis François Delisse

 

De la mort du lion

 

 

Maintenant l’autre temps l’autre

monde l’autre caresse commence.

 

 

Assez longtemps ils ont arraché

leurs yeux à nos enfants. Assez

longtemps ils leur ont dit que

 

 

le lion était l’ordre du monde

assez longtemps ils ont substitué

au monde et à la vie leur télé.

 

Lune, la gazelle s’est couchée

sur la peau du lion, et sourit:

 

 

le jour est venu où pour toujours

nous serons jeunes, nous serons

lune où, face à face avec la lune

 

 

et le soleil, nous luirons contents

Extraits des Petits vanneaux 2: Huglo, Blondeau, Bongiraud, Bay, Garnier, Farina, Curtis

La nuit revenante, la nuit

François Huglo

Ceci, le sang de l’échanson feuillu

Vigne pérenne à charpente aérienne, c’est beaucoup dire. Elle ne tenait pas debout sans un mur. Reptation tenace vers le haut, vers le bas, peu importe à l’amélopsis qu’il scelle ou qu’il fissure, s’il trouve faille où nidifier.
Un âne qui brouta ses branches la tailla le premier, diton. Par hasard la domestiqua l’inventive indiscipline d’un domestique. Et de quatre coups de dents, docte, il la rebaptisa: vitis vinifiera.
De son sang, l’esclave aux moignons en croix devint l’échanson. Pour mêler dans l’amphore au miel, aux aromates, cosmétiques, les boucles noires de l’idole, le maître euphorique abattit les vrais arbres, dessoucha. Les dieux chenus chassés, de terre il dota sa favorite enrubannée à son échalas, simulacre de station debout.

Philippe Blondeau

Décimales

Le pommier

Tellement soucieux de l’histoire et des hommes
qu’il se penche plus volontiers vers la terre
il n’a pas même songé à s’élancer
mais il se concentre en noeuds complexes
et quand l’âge lui vient
les lichens verts et la mémoire
l’enveloppent comme la pierre des statues
dans les jardins incultes où il survit
longtemps après qu’une main vieillissante
pour la dernière fois cueillit le fruit sur l’arbre.

Jean Michel Bongiraud

Abeille(s)

La dame est incertaine dans la neige
Et elle glisse sur ses chaussures.
A l’abattoir le sang a conquis les mouches
Et le boucher est un imposteur.
Je ne parle pas plus fort
Mais je répète inlassablement les mots
Sans manquer de taper dans mes mains.
La cire des abeilles dont je me pare
Me donne un goût d’autruche apprivoisée;
Les hommes aiment à regarder ce tableau.
Ils ont pour le juridique une passion
Et lavent leurs plaies avec des codes.

André Bay

Dérives blanches

……………………….

Le blanc voile du vide.

Le blanc chaos visible de l’invisible.

Il arrive que le blanc du ciel soit comme une célébration du blanc, du blanc poussé au bleu, accomplissement d’un ineffable infini.

Que le blanc s’oppose au noir ne les empêche pas de s’unir dans le gris.

Vallée encotonnée dans ses brouillards, nuages s’étirant sous les premiers rayons, brumes transparentes, naissance du jour.

Pierre Garnier

Heureux les oiseaux
ils vont avec la lumière

………………………………….

ce sont nouvelles de campagne
– la cathédrale nue
dans l’absence de la ville –
une falaise au-dessus de la mer
on ne sait rien de ce qui est au-dessus, en dessous,
de l’herbe rase au-dessus de la nef
à nouveau la possibilité de lire et de naviguer
au-dessus de la croix
– car au-dessus de la cathédrale
l’air est visible
et très haut
( c’est aussi à plat dans la direction de l’est)

il passe sans arrêt des barques

Raymond Farina

Une colombe une autre

A qui ne connaît pas l’oiseau
– c’est du tisserin qu’il s’agit
je demande d’imaginer
trois cents cricris crissant sans cesse
use sort de gazouillis
que strient
de temps en temps
des « tsssp »

Si la colonie musicienne
ne suspend jamais son vacarme
en revanche elle sait suspendre
à la moindre broutille de l’arbre
ses nids: ces boules qu’elle tisse
brimbalant comme des lanternes
quand leurs habitants vont & viennent

On joue à la balançoire
on joue peut-être aussi sa vie
qui ne tient vraiment qu’à un fil
qu’au caprice d’un alizé
qui peut se changer en cyclone.

Michael Curtis

Walking water

En piles ou dans les râteliers
sur des tréteaux passifs
les mots fixent le plafond,
avides d’être regardés
touchés, cajolés.

Les flâneurs passent
feignent l’intérêt,
flirtent avec les livres
les tournent négligemment
les remettent en place

un peu en désordre
et juste désaccordés,
passent le temps qu’il faut
pour que quelqu’un achète à manger
que les enfants essayent des souliers,

sauf vous naturellement
qui vous penchez de plus près
présentez
vos petits seins dégagés
à une dédicace qui prend son temps,.

D’un geste infinitésimal
je ferme le mince volume
le presse `dans votre paume ouverte
laisse vos doigts s’enrouler autour de son dos.

Extraits de la collection Neige: Caravaca, Kaïteris, Lévesque, Bernard, Hurion, Cassar, Guillier

Un corps contre la terre

Caravaca

Un corps contre la terre

 

Les yeux voient un corps sur la terre, voient un corps contre la terre. Je suis dedans les yeux qui voient. Du ciel, des fragments de nuages aussi. Dedans. Qui tournent sur l’orbite de chaque oeil. Dedans chaque oeil l’image d’un corps contre la terre. On ne sait pas de quelle époque  cela nous est venu. Il y a un million d’années déjà, du ciel et des fragments de nuages tournaient  sur l’orbite de l’oeil. J’ai été dedans il y a un million d’années. J’ai été aussi ce corps contre la terre. Je me suis nourri au sein de la terre. Je n’étais pas mort. Pas vraiment mort.

 

 

Kaïtéris

Héroïnes

Enfant au fardeau

 

 

Avant le coq    dans l’air

la fumée de bois légère

pour laquelle elle se lève

Mais le bois noué à elle

à son dos la courbe

Et cheminant là

où l’âne ne va pas

la vie maintient

sur ses épaules

et son enfance

trente kilos d’eau

qu’équilibre mal

le sourire qu’elle porte en avant

léger lui, dans l’air transparent.

 

 

 

Isabelle Lévesque

 

Va-tout

 

En vent se blesse à dire du sel extrait des mines;

En coeur plein tertre à tartre creuse un feu de rage à concasser le crâne. Et condiments plein corps au poivre ronge l’escarre en corde.

A menace égale.

Entame le rond. Force l’angle où tord-douleur nie tout.

 

En bloc.

Et craquelle en morceaux de mille tailles à pics.

S’enfonce encore: les os sont à portée de pulpe.

Monde en aiguille pure, sans diluer.

En silence avance.

Et bandoulière en brame avait ( printemps).

déliquescent.

Quasiment écrasé – rayon.

Sa formule en pi attaquée ( tout part).

 

 

Sophie Renée Bernard

 

Traduites de la nuit.

 

 

Mourons tous les deux

<regarde que le ciel s’enlace de vert

Nous fouillons sa cendre,

nous prenons part encore

Mourons, avant le déni.

 

C’est que nous avons été Dieu

une fois

dans le jardin qui se peigne,

dans les yeux grands qui  regardent,

dans l’attente de la porte grinçante

de celui qui entre

 

 

dans l’attente de toi, ma certitude,

mon désespoir

( le ciel s’enfièvre)

dans ta main qui me comprend,

dans l’arbre vertical,

par quoi les anges existent

 

Mourons,

dans l’évènement de l’amour.

 

 

Roseline Hurion

 

 

Tailleurs de rêves

 

Une rengaine

 

Il avançait, il reculait. Voulait rattraper le temps et pour cela avait  fait de très savants calculs, relevé toutes les mesures. Or cela revenait à vivre en des jours, en des âges qui n’existaient pas. Il avançait, il reculait. Voulait dépasser le temps comme si, d’une inquiétante dissonance, il s’était révélé le complice; Et cela revenait à détruire cet esprit en lui qui comptait, évaluait selon de très vieilles opérations.

Or ce temps, il le gaspilla. Il s’était trompé dans sa mémoire, précipité dans ses illusions. Et de cette injustice qu’il lui fit, il le perdit.

 

 

Eric Cassar

 

Uniquement

 

Expérimenter

                  Traînées inversées noir rouge jaune…

Déconstruire physiquement les percepts

                   Sens en quête de sens

Mélanger

                    Effleurement mixture infra-sonore senteurs

Déformer

                    Observateur – espaces observés

                    Matière/matière

                    Vacillement d’impressions

                     Métonto

                     à l’infini

 

 

Dilater

Contracter

                      dans tous les sens

                                  et ailleurs

Réinventer

 

 

Vincent Guillier

 

Traité de l’oisiveté

 

 

Non découverte

 

Nous avons  gagné le sépia des jardins

Les fougères sur les murs et son odeur de prison

Aux visions remplies d’échancrures

Et de serments sur le belvédère

On voyait la plaine ses rares lointains

Tu m’as demandé

Si tu étais quelque chose que ferais-tu?

Je fus un chat un vilain un adulte fou

Et toi devineresse aimais-tu te promener

Dans les cimetières à flanc de colline?

C’était vrai tu y cueillais des idées

La laine de mouton aux barbelés

Parmi les branches pour manger des effluves

Tourner la tête et l’oeil

Marcher sans but dans le jus suri des plantes

 

Clermont